default-logo
07
JUIN
2015

Acquis théoriques

Posted By :
Comments : 0

Je pourrais préciser enfin que ces formations post BAC (IUT, MSG, ESG), bien que de grande qualité, ne m’ont pas vraiment beaucoup servi directement pour mon activité de trading ; si les connaissances comptables du DUT me permettent de mieux comprendre un compte de bilan ou de résultats et mes acquis relatifs au fonctionnement des marchés des capitaux (MSG/ESG) de mieux maîtriser l’environnement des marchés, tout cela reste bien théorique et n’apprend pas réellement à trader ; il ne faut pas attendre de ce type d’étude une approche pratique des marchés actions, seulement des acquis théoriques nécessaires mais cependant sans grand rapport avec la réalité concrète et quotidienne des marchés ; je dois bien reconnaître que sans ces études je n’aurais sans doute jamais acquis la rigueur et la discipline qu’il faut pour devenir un bon trader.

Mon entrée en trading

Mon expérience du marché est relativement récente ; je me suis intéressé à la Bourse pendant la bulle spéculative ; j’ai subi son éclatement comme beaucoup d’autres, et j’ai perdu beaucoup en 2000 et 2001 ; ma période universitaire à l’IUT de Fontainebleau marque en fait mes premiers intérêts boursiers et mes premiers placements vers l’âge de 19-20 ans : je suis la cote des valeurs avec beaucoup d’intérêt et une réelle curiosité ; cette activité correspondait à mon côté joueur et à une certaine représentation de la bourse-casino ; l’été 1999 je peux suivre l’évolution des actions avec un décalage de 15 minutes sur Internet, et je commence à m’intéresser au fonctionnement des marchés des actions ; je pensais à l’époque que placer son argent à 3% annuels sur Livret A ou Livret Jeunes alors qu’on pouvait prendre 10% dans la journée sur une valeur, c’était peu judicieux ; gagner en quelques minutes la performance d’un an de placement sécurisé, ça fait quand même réfléchir… Le principal ressort de ma motivation était, comme pour beaucoup d’autres, l’appât du gain et de l’argent a priori facile, mais avec la conscience de la rapidité de la perte aussi.

Mes premiers achats se sont portés sur des valeurs comme Air France et Renault, sur conseil de mon banquier, je gère un portefeuille tranquille de père de famille, avec essentiellement des belles valeurs du CAC du type valeurs de fond de portefeuille ; en 1999 j’ai accès au site boursier de Fimatex en temps réel, mon premier broker, puisque j’étais client en compte courant à la Société Générale ; c’est à ce moment-là que je découvre le direct sur les marchés et la possibilité de l’effet de levier que je commence à utiliser sur ST Microelectronics et Ubi Soft Entertainment, avec des gains importants à la hausse : 30000 francs le premier mois ; une approche naïve mais gagnante, dans un marché bullish où tout monte plus ou moins : j’achète, ça monte, c’est super !

 

About the Author